Sarrah Cocq-Amann, accompagnatrice piano

Sarrah Cocq-Amann, accompagnatrice piano

Cette femme enjouée et souriante accompagne au piano des élèves qui pratiquent un autre instrument. Bien plus qu’une musicienne capable de déchiffrer une partition, elle est un véritable coach pour ses élèves. Zoom sur ce métier de passionnée…

  • Comment êtes-vous devenue accompagnatrice ?

    Déjà au conservatoire à l’âge de 14 ans, j’ai été médaillée d’or quatre fois en piano, solfège, musique de chambre et déchiffrage. J’ai obtenu un Diplôme d'État ainsi qu'un Diplôme Universitaire de Pédagogie Musicale (piano) et j’ai suivi durant 6 ans les classes d’accompagnement de Jeanne Bon-Rougier et de direction d'orchestre de Fernand Quattrocchi. Après 3 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, j’ai obtenu successivement les trois concours du CNFPT, et je suis actuellement accompagnatrice, sur le grade de Professeur d'Enseignement Artistique.

  • Pourquoi ne pas avoir choisi d’être professeur ?

    Je l'ai été pendant plusieurs années, mais je me sentais plus à l’aise dans le rôle d’accompagnatrice, car l'enseignement avait un temps restrictif (souvent 20 minutes) qui ne me permettait pas d'aller musicalement jusqu'où je souhaitais avec mes élèves dans ce temps imparti. J’aime aussi avoir cet emploi du temps assez mouvant, qui me permet de voir mes instrumentistes aussi souvent et aussi longtemps qu'il le faut pour être vraiment en «harmonie». Par ailleurs, c'est la solution idéale pour jouer du piano quotidiennement, et avoir un répertoire vaste et enrichi !

  • À quoi ressemblent votre emploi du temps et vos journées ?

    Il est différent chaque semaine et fluctue complètement en fonction des périodes. Si je fais 20 heures lors d’une semaine plutôt calme, il m'arrive d'avoir des semaines très chargées notamment lors des phases de concours. Entre le travail des partitions et les répétitions, je peux passer  jusqu'à 11 h 30 devant mon piano. Je travaille avec les élèves plutôt après 15 heures et assez souvent les week-ends lorsqu'ils sont libres. En partenariat avec les professeurs, il m'arrive de répéter seule avec les élèves, ou sur le temps de cours.

  • Vous devez nouer des relations privilégiées avec vos élèves ?

    Je travaille avec des élèves qui ont entre 5 et 60 ans. Je dois donc m’adapter à chacun. Je les rassure, les motive, leur remonte le moral, les encourage si je sens qu’ils ne donnent pas leur maximum. Pour les plus petits, mon rôle est essentiel, car c’est extrêmement compliqué de jouer d’un autre instrument avec un piano à côté qui interprète une partition différente. Pour certains cursus comme la clarinette par exemple, je suis des élèves pendant 8 à 10 ans et me déplace pour les accompagner s'il le faut lors des concours professionnels extérieurs.

  • Combien de classes accompagnez-vous ?

    Je travaille avec 7 professeurs, tous niveaux confondus. Nous sommes 5 accompagnatrices dans le département musique : 4 instrumentales et 1 spécialisée en chant.

  • Quelles sont les contraintes de votre métier ?

    Je dois être en forme tout le temps. Si je ne joue pas de piano régulièrement, les risques physiques (dos, tendinites) ne sont pas loin, ainsi je dois pratiquer très souvent. Comme je suis quelqu’un de passionnée par ma profession, je ne peux pas décevoir mes élèves qui se sont entrainés avec moi durant toute l’année. Il m’est arrivé de me rendre à un concours avec le pied dans le plâtre !

Dernière mise à jour le 21 mai 2021

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Agenda

14 résultats

Filtrer les résultats
Thématiques

Aucun résultat ne correspond à votre recherche, essayez de modifier les critères de recherche.